Home

Home

2ème reportage RTS sur les adoptions illégales au Sri Lanka (SRF1, 25 septembre, 20h50)

Des bébés sri lankais ont été importés en Suisse comme de la marchandise. Les autorités suisses impliquées continuent de fuir leur responsabilité.

Secouée par les révélations de la chaîne de télévision néerlandaise Zembla, la télévision suisse RTS/SRF a diffusé il y a environ un an un documentaire sur les procédures d’adoption illégales entre le Sri Lanka et la Suisse. L’émission «Les bébés volés du Sri Lanka, un scandale suisse» (RTS, 4 octobre 2018) a révélé qu’un véritable commerce de bébés sri-lankais avait eu lieu en Suisse. Aujourd’hui, il est clair que le commerce de bébés a été rendu possible parce que de nombreux organismes ou acteurs indépendants -notamment en Suisse- y ont participé et/ou ont laissé faire pendant des décennies.

Le 19 septembre 2019, la RTS diffusera un deuxième reportage sur les adoptions illégales du Sri Lanka : « Trafic de bébés volés, l’heure des comptes » (sur SRF1 le 25 septembre 2019).

Les révélations du reportage sont choquantes: des bébés laissés à l’abandon dans leurs propres excréments et urines sur des matelas de fortune, attendant leur départ pour la Suisse. Bien qu’elles aient été informées des agissements illégaux, les autorités suisses ne sont pas intervenues pour stopper le trafic. Deux agences d’adoption sont en cours d’examen dans le canton de Neuchâtel et celui de Saint-Gall. Les autorités cantonales et la Confédération restent perplexes devant la caméra et se rejettent mutuellement la responsabilité.

Entre 1980 et 2000 plus de 13’000 enfants étrangers ont été adoptés en Suisse. Le reportage montre que de nombreux pays comme le Chili, le Brésil, la Colombie, la Corée du Sud, l’Inde et le Liban ont également été touchés par le commerce de bébés. Des méthodes similaires à celles du Sri Lanka, voire pires, ont été pratiquées dans ces pays. Les autorités suisses ont également fermé les yeux sur le trafic d’enfants dans ces pays-là.

Lien vers la diffusion


Dans les années 70, 80 et 90, 11 000 enfants Sri lankais ont été adoptés par des couples européens, et dont plus de 700 ont rejoint des familles suisses. Lors de divers reportages, il s’est avéré que beaucoup de ces adoptions vers la Suisse se sont déroulées en contournant la loi et qu’un véritable trafic de bébés a eu lieu.

Back to the Roots s’engage pour soutenir les intérêts des personnes d’origine sri-lankaises et adoptées en Suisse. 

Apporter de la lumière dans l’obscurité

Depuis les années 1970 jusqu’à ce jour, la mise en oeuvre des procédures internationales d’adoption est entre les mains du Gouvernement.
BTTR réclame de ce fait une explication complète sur le rôle joué par le Gouvernement, les autorités cantonales et les bureaux de placement, qui ont permis ces adoptions illégales. Les instances publiques comme privées qui ont agi en contournant la loi doivent être dénoncées. BTTR exige que les torts subits soient reconnus publiquement. L’explication à ces agissements doit être délivrée par des experts indépendants, n’appartenant ni au personnel de l’Etat ni aux des cantons. Ceci afin d’éviter que les instances précitées puissent juger d’elles-mêmes leur faute. Suite…

Soutien dans la recherche d’origine

Back to the Roots s’engage de façon à ce que les personnes adoptées soient soutenues et accompagnées par les Autorités dans la recherche de leur identité origine et cela sans aucun frais. Les résultats apportés par nos propres recherches sont mis à disposition des personnes concernées sous forme de brochure. Suite…

Mise du réseau des personnes adoptées en Suisse

Back to the Roots encourage les personnes touchées à prendre contact les uns avec les autres. Nous organisons des rencontres en Suisse allemande, comme en Suisse romande. La recherche de ses origines est pour la personne adoptée une démarche pesante vis-à-vis de ses parents d’adoption. Beaucoup de personnes adoptées trouvent une nouvelle famille auprès de Back to the Roots : Enfin un lieu pour parler, un lieu de rencontre avec des personnes qui viennent du même pays et avec lesquelles il est possible de partager son histoire plus ou moins semblable. Suite…

Retrouver nos mères sri-lankaises

Les personnes adoptées, n’ayant pas de documents d’identité valables parce que falcifiés, ont une seule et unique solution pour espérer retrouver leurs parents d’origine et leurs éventuels frères et sœurs: il s’agit du test ADN. Au Sri Lanka nous avons rencontré de nombreuses mères, elles aussi à la recherche de leurs enfants. Nous souhaitons les informer sur la possibilité de constituer une banque-ADN afin d’avoir une chance de retrouver leur enfant. Nous leur mettons à disposition un Kit pour test ADN et nous nous chargeons de l’enregistrement des données. Suite…

Liens vers nos revendications

Documents

Priorités essentielles de l’association, revendications et prestations
Postulat Ruiz

Nouvelles